Quartier Grôlée la suite

jugement

Apres vous avoir raconté l’histoire ici voici le deuxième épisode:

Le tribunal de commerce de Lyon a condamné, le 7 septembre, les Docks Lyonnais, société d’investissement immobilier de droit français appartenant à UBS, à payer 7 millions d’euros de dommages et intérêts à son ex-gérant de biens, Shaftesbury Asset Management (SAM) France, pour rupture brutale de contrat.

Pour ceux qui n ont pas lu mon article sur le quartier Grolée, je vous rappelle que Les Docks Lyonnais n’ont de lyonnais que le nom et de français que l’apparence, étant contrôlés par une entité immatriculée au Luxembourg, elle-même détenue par un fonds d’investissement basé à Jersey (Global Property Fund, GPF) et géré par la succursale d’UBS sur cette île anglo-normande…

La brouille porte sur la rupture, en 2012, du contrat de gestion à l’initiative des Docks Lyonnais. Ces derniers –qui ne souhaitent pas commenter la décision– ont décidé de faire appel dans la foulée… Tout comme leur ancien partenaire commercial: « Le jugement estime qu’il y a des torts des deux côtés. Je considère au contraire que mes clients ont été victimes d’un coup fourré prémédité », commente Me André Soulier, l’avocat de Shaftesbury, qui réclamait, au total, plus de 40millions d’euros de réparation. Les acteurs du fiasco Grôlée se retrouveront à la barre du tribunal, dans quelques mois, pour régler leurs comptes.

C’est une mauvaise nouvelle pour la banque suisse UBS, dont les pratiques ne cessent d’être épinglées par les régulateurs ou la justice, depuis la crise financière de 2008. De même que le goût immodéré pour les paradis fiscaux.

Pour reprendre l histoire du quartier c est la: Quartier Grôlée

rue-Grollee-docks-460x250 upinlyon_oldengland

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *